Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2006 4 20 /07 /juillet /2006 16:23

 

LA CIME DE LA BERCHA

Pour terminer la saison 2005-2006, BRUNO nous avait préparé une sortie assez exceptionnelle, tout d'abord par sa date (début juillet) et par son style : une descente continue. 

 

Il réalisait cet exploit en montant à la cime de la BRECHA, 2274 m, à partir de St.Etienne de Tinée, par le téléphérique de la PINATELLE (en rouge), 600 m de dénivelée à partir de St Etienne de Tinée puis par le télésiège du LIEUSON(en vert), 520 m. Cool...  ensuite il ne reste plus qu'à redescendre sur 15 kms.

 

 

 

 

 

 

17 marcheurs avait accompagné BRUNO, avec quelques habitué(e)s et aussi des nouveaux randonneurs et randonneuses,pratiquant le lundi, certainement attiré(e)s par l'abscence de montée.Tout se passa bien au niveau du téléphérique mais une de nos amies n'avait jamais pris de télésiège et ça traquait un peu. Mais à l'arrivée, ravie du spectacle, elle était prête à recommencer.

La descente commença sur la piste de ski en passant plusieurs fois sous le télésiège de la BRECHA qui part de 1722 m. Puis la piste emprunte des zones de prairies jusqu'à l'altitude de 1614 m. C'est très agréable. Sur cette partie un lièvre part dans les jambes de l'un d'entre nous et nous précède sur la piste en fuyant. Plus loin nous apercevons des biches, enfin nous atteignons le fond du vallon et le torrent, c'est au bord de ce dernier qu'aura lieu le pique-nique. Après le repas,  50 m de montée (tiens, tiens) pour aller visiter la vacherie de DEMANDOLS (mérite le détour : beaux bâtiments bien restaurés)  qui est vide à cette époque pour cause d'estive mais qui possède 150 anneaux.

Mais il faut repartir car il reste 500 m de denivelée à descendre par la vallée des DEMANDOLS, le long d'une falaise impressionnante en suivant le torrent. Nous passons devant la petite chapelle Sainte Anne. Un arrêt à la côte 1520 m pour admirer, sur la gauche, la spectaculaire cascade du Pis de l'AIGA. Le temps se couvre de plus en plus. Le tonnerre commence à se manifester au loin puis se rapproche. Finalement l'orage nous rejoint un kilomètre avant d'arriver. Tout le monde se rue sur les sacs pour sortir les vêtements de protection et là on voit l'importance du choix. Ceux qui ont choisi le poncho arriveront bien au sec alors que ceux qui avait opté pour la veste imperméable ou le parka seront trempés et la rechange dans les voitures sera un moment pénible.

Petite remarque en passant. Le poncho est un accessoire indispensable, il protège efficacement le marcheur de la tête aux pieds, il protège aussi le sac, tient peu de place, est très bon marché. Alors, pensez-y pour la prochaine saison où il restera dans le sac en espèrant que nous n'auront pas besoin de le sortir.

Il fait 12 ° aux voitures alors que quelques kilomètres plus bas on retrouvera une tempèrature de 25 °.

L'orage et la difficulté de se garer ne permettront qu'à deux ou trois voitures de se rejoindre pour le pot de l'amitié.

Il parait que le lendemain, quelques cuisses étaient particulièrement douloureuses. Certains muscles, toujours les mêmes, ayant été malmenés pendant les 15 kms de descente. Ah, qu'en retrouverons-nous des montées !

Merci BRUNO pour cette nouvelle expérience, certainement à renouveler, et aussi pour toutes les belles randonnées que tu nous a préparées cette saison.

Photos de Gigi SAUMMOREAU-

Ecrit à "quatre mains" par Bruno GUERIN et Jean-Marie CHABANNE

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Jean-Marie - dans randosboulouris
commenter cet article

commentaires