Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 18:32

 

  Sous le signe des couleurs d'automne

 La Route de NAPOLEON

 

 

 

 Pour cette deuxième randonnée de novembre, Bruno GUERIN nous avait convié à faire un bout de route avec Napoléon 1er de retour de l'Ile d'Elbe. 11 marcheurs se retrouvent donc à St Vallier pour une boucle de 14 kms et une dénivelée de 800m. Les mauvaises prévisions météo,  l'infirmerie  bien garnie (meilleurs voeux de prompt rétablissement à nos blessés), enfin le lot habituels de grands (et petits) voyageurs expliquent ce petit effectif où figuraient quatre dames pas effrayées par la dénivelée annoncée .

Nous attaquons par une descente très raide qu'il faudra remonter au retour, pensent déjà certains. Elle nous conduit au GR bordant un canal couvert qui alimente Grasse. C?est une solide maçonnerie et, de temps en temps, par des regards, on peut constater un très fort débit.

Les feuillus ont commencé à rougir et à jaunir, et, en contrebas, au bord de la Siagne, les couleurs sont superbes ce qui fait le régal des photographes. Nous atteignons la jolie petite chapelle St Jean au  confluent de la Siagne et d'un  ruisseau avec une petite prairie bien verte devant la chapelle. Un grand « enfeu » constituerait un abri idéal en cas de pluie. Mais aujourd'hui ce n'est pas le cas, nous avons même quelques rayons de soleil qui nous incitent à faire la 1ère pose ravitaillement de la journée. Bonne odeur d'humus et de feuilles mortes.

Puis nous remontons sur ce qui fut la véritable route empruntée par Napoléon pour gagner Escragnolles.

 

 « Il faut imaginer ce qu'a du être cette marche sur le chemin même là où nous sommes. La colonne s'allonge. Il y a de la boue, de la neige fondue cet après-midi  du 2 mars 1815. Les cavaliers ont mis pied à terre. Ils sont  embarrassés dans leurs bottes et avec leurs sabres. L'Empereur marche à pied  parmi ses hommes, parfois en tête, pas toujours. Il porte sa légendaire tenue de campagne : Habit vert des   chasseurs de la garde, col à parements rouges, épaulettes d'or, gilet barré du grand cordon de la légion d'honneur, culotte de casimir blanc, beau bicorne à cocarde. Il a retroussé les pans de sa redingote et s'est muni d'un bâton. Tous trébuchent sur le mauvais dallage On entend les grognards souffler dans la rude montée. Ils sont chargés de leur « barda » et les couvertures roulées sur le havresac se mouillent et s'alourdissent. Le « petit tondu » est là-bas devant avec son chapeau. Une telle expédition ne pouvait s'envisager sans argent. Depuis le départ d'Elbe c'est Peyrusse le grand argentier de l'affaire qui veille sur le trésor. C'est deux cent millions d'or en pièces jaunes qu'il faut transporter à dos de mulets. On dit que cet argent avait été économisé sur la liste civile de Napoléon tant qu'il était en exil.  Ce précieux chargement va connaître des avatars. A peu près là où nous sommes ( après la borne 91), le chemin présente des a-pics. Là, un mulet glissa et tomba dans le ravin avec un coffre chargé de pièces d'or. Toujours harcelé par la nécessité de ne pas traîner en route, les hommes ne prennent pas le temps de récupérer le chargement tombé dans un endroit difficile d'accès. Un paysan nommé Réal récupérera le contenu. »*

 Pour nous, ce fut plus cool, d'abord il ne pleut pas, notre barda est plus léger et nous savons où nous allons alors que les « grognards » ne savaient pas à quelle sauce ils allaient être mangés.  Bruno et ses grognards franchissent la Siagne sur  le « Vieux Pont » et abordent la montée qui va nous conduire à Escragnolles. Après la fameuse borne 91 (là où est tombé l'or...), on se rapproche de la RN 85, en corniche à notre droite. Notre chemin est en surplomb de la Siagne et des grosses pierres sont scellées à droite- les chasse-roues- pour éviter aux charrettes de basculer dans le ravin 150 m plus bas.

 

Le paysage est grandiose. Au fond du cirque en contrebas de l'Audibergue, le petit village de Baïl semble bien protégé du vent.

 Bonnes odeurs de Thym et de menthe poivrée et tout en bas toujours de jolis feuillages colorés. Par contre nous avons complètement abandonné la forêt et évoluons dans un paysage de calcaire blanc. Mais le chemin monte toujours et on a du mal à imaginer que Napoléon a fait passer un canon par là.

 A notre droite apparaît la chapelle Saint Martin et son chevet simple mais caractéristique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 «La construction de cette chapelle daterait de la fin du XIème siècle. C'est du roman primitif. Elle aurait été rénovée au XVIIème siècle. En 1904, elle est définitivement abandonnée comme lieu de culte. Elle était restée sans toiture, avec des murs lézardés, et exposée aux intempéries.

Depuis l'an dernier elle a été une nouvelle fois restaurée. Cette restauration est due à une belle initiative des habitants qui se sont mobilisés pour réaliser une mise hors d'eau en attendant les crédits pour une véritable réhabilitation. Une association de sauvegarde a lancé une souscription qui a permis de mobiliser 3000 euros pour l'achat des matériaux. La main d' oeuvre a été fournie gratuitement par des bénévoles et des professionnels du bâtiment résidant sur la commune. » * 

 Nous avons rejoint la RN85 et au lieu de rentrer dans Escragnolles, nous reprenons une route sud qui va nous permettre dans un premier temps, de rejoindre le Castellas, oppidum celto- ligure, où nous nous installons pour prendre notre repas, adossés au  muret périphérique car à 1100 m, avec un petit vent d'est, il vaut mieux  être à l'abri.

 

Comme c'était le jour du Beaujolais nouveau, T...avait pensé à nous.   J... fait le service. Qui a trouvé le goût de la  banane ou celui de la framboise 

 Puis nous repartons sud-est pour retrouver le Vieux Pont et reprendre le chemin de l'aller, le long du canal. Encore une effort pour remonter les 100 m de dénivelée jusqu'aux voitures. Quelques « gazelles » vont monter à 600 m à l'heure alors que le reste du groupe est plus raisonnable. A l'arrivée, il fait chaud... et la boisson prise dans le café où nous avons nos habitudes ( déjà) sera la bienvenue.

 Merci Bruno, encore une belle balade , tu as de la chance avec les conditions climatiques... et nous en avons bien profité.

Prochaine sortie le Jeudi 23 Novembre, BONSON-GILLETTE avec « un restaurant ». (voir le lien sur Bonson-à gauche)

 Merci aux photographes : Jean BELLACHES, Yvette et Jean-Marie CHABANNE

 

 

 

 *Les textes sur Napoléon et la Chapelle St Martin  sont extraits du site « des CHEMINS DE TRAVERSE »

 Quelques photos supplémentaires:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Jean-Marie - dans randosboulouris
commenter cet article

commentaires