Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2006 2 12 /12 /décembre /2006 10:49

 Le 7 Décembre 2006

  Les Hauts de Bormes-les-Mimosa

 Ce matin-là, ayant jeté un coup d'oeil matinal par la fenêtre et constaté qu'il pleuvait, cinq marcheuses et marcheurs (A... et M..., D..., Y... et JM...)décidèrent de rester couchés. Ouh ! ils ne connaissait pas le proverbe :" la pluie du matin n'arrête pas le pèlerin." Votre chroniqueur habituel étant parmi ces paresseux, c'est Jean BELLACHES qui rédigea le texte avec beaucoup de talent. Qu'il en soit remercié. A lui la parole.

 Pour cette première randonnée de décembre, Jean BOREL nous invite à aller respirer "l'aire" de Bormes-les-Mimosas. Cette ville nous fait penser inévitablement à la villégiature estivale de nos « Monarques Républicains »

 

  Partis à 13 du parking de Boulouris par un temps couvert, nous nous retrouvons  17 marcheuses et marcheurs pour une randonnée de 15 kilomètres environ et de 620 mètres de dénivelé.

 

Sur la route nous conduisant à notre point de départ situé au parking du Col de Gratteloup, le temps d'abord couvert, se dégrade franchement puisque la pluie se met à tomber de façon drue et continue mais puisque la météo a prévu que ça s'améliorerait et avec le concours de la  méthode Coué, nous sommes franchement convaincus que le meilleur est devant nous.

 

 

 

 

 

Avant de commencer notre randonnée, Jean BOREL tient à rendre hommage à notre ami Yves BLANDIN  qui nous a quitté cette semaine.

Passionné de nature, Yves BLANDIN a organisé de nombreuses randonnées ces dernières années et  c'est pêle-mêle que Jean Borel en énumère un certain nombre jusqu'à la dernière que notre ami Yves a conduite le 30 mars dernier à Tourtour et la dernière à laquelle il a participé le 18 mai dernier à Port Cros en compagnie de son épouse Monique.

 

 

 Unanimement, nous garderons de Yves Blandin, l'image d'un homme qui a combattu sa maladie jusqu'à la fin avec courage et dignité. Nous lui dédions cette randonnée.

 

 

 

 

  Nous commençons  par une bonne montée qui nous conduit d'abord jusqu'au col de la Moulliére  où nous rejoignons la route. Un petit regroupement permet à certains de se rafraîchir. Jusqu'à présent le temps est  couvert et les chemins sont bien mouillés et glissants.

Bruno en sera d'ailleurs quitte pour une petite frayeur.

Nous continuons  notre montée qui nous conduit au point culminant de notre randonnée d'où nous pouvons apercevoir ou plutôt deviner l'île de Port Cros et l'île du Levant car le temps est toujours couvert. Nous en profitons pour sacrifier à notre « break » de la mi-matinée.

 

 

 

 

 

Nous poursuivons notre périple en empruntant la Piste de la Bouissède. C'est un chemin de crête (une arête sommitale !) qui descend régulièrement . En cette fin de matinée, le temps commence à se lever et nous voyons apparaître quelques rayons de soleil qui percent les nuages. Les pluies de ces derniers jours ont rendu la nature bien verte mis à part, ici et là, quelques feuillus qui n'ont pas encore perdus toutes leurs feuilles malgré la date tardive. Quelques arbousiers livrent encore quelques fruits et nos gourmand(e)s se régalent!

 

 

 

 

 

Puis Jean Borel nous invite à quitter brusquement le chemin balisé (tiens Jean-Marie  n'est pas là pour vérifier notre chemin qu'il a préalablement enregistré sur son GPS) pour passer dans un sous bois qui se rétrécit de  plus en plus. Heureusement,  à cette époque de l'année nous sommes bien vêtus :  nos manches et nos jambes de pantalon nous protègent des branchages  qui sont aussi mouillés. C'est le dernier de la file qui s'en sortira le mieux, les autres, et en particulier Jean qui marche devant, auront essuyé, non les plâtres, mais la végétation.

 

 

 

 

 

En sortant de ce sous bois nous apercevons distinctement, l'île du Levant, l'île de Port Cros, et l'île de Porquerolles  car le temps s'est levé.

 

 

 

 

 

Vraiment tout a été très bien programmé : il est midi, le soleil est a son zénith (ou presque !), en tous cas, il brille de tous ses feux  et Jean nous dégotte un « adret » de rêve pour le pique-nique.

Chacun trouve  sa place à défaut de trouver sa pierre pour le repas, la valse des boites intentionnellement remplies de friandises diverses par certain (certaines) débute. En plus, cette semaine il y avait même Pastis en apéritif au bon soin de C... mais... comment... pas de rosé !!!!

Le repas terminé, nous repartons pour une ultime montée en deux épisodes. Un premier regroupement a lieu à la fin de la première partie avant d?attaquer la dernière partie de la montée qui est plus longue et plus raide.

Dernier regroupement avant de regagner les voitures par la route.

 

 

 

 

 

Arrivés aux voitures, Jean Borel s'aperçoit qu'un « clou » a osé s'attaquer à l'un de ses pneus. Bien que le pneu ne soit pas crevé, faut-il changer la roue ? Après mûre réflexion des « Jean » du voyage et bien que le « corps étranger » se soit engagé dans le pneu à la manière d'une « intraveineuse » et non d'une « intramusculaire », il est décidé de changer la roue. 

Alors, tels  les mécaniciens dignes d'un stand de  Ferrari sur le circuit des 24 heurs du Mans, Jean Borel vide son coffre et sort la roue de secours et  J...glisse le cric sous la voiture tandis que B... manoeuvre le cric, D... devisse la roue et l'échange avec la roue de secours que lui présente Jean Borel . D... revisse la roue, B... descend le cric, la voiture repose sur ses 4 roues, A... nous tend un chiffon pour nous essuyer les mains. Ah les seniors  ça sait travailler quand même!

 

 

 

 

 

Avant de remonter en voiture, nous nous donnons rendez-vous après Sainte Maxime pour le pot traditionnel. Au fil des randonnées, il faut bien constater que « l'ordinaire » de ces pots s'améliore à chaque fois. Aujourd'hui,  pas moins de 3 gâteaux  réalisés à notre intention par nos charmantes marcheuses sans compter les petits à-côtés. Il faut peut-être y voir le résultat d'une parité bien établie puisque aujourd'hui le groupe était composé de  9 dames et 8 hommes.

 

 

 

 

 

Merci à Jean Borel pour cette ballade qui s'est déroulée un peu entre ciel et terre.

 

 

 

 

 

Photos de Jean BELLACHES.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prochaine sortie le 14 novembre, le pic de la GARDIETTE avec Bruno GUERIN.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quelques photos en vrac.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Bellaches - dans randosboulouris
commenter cet article

commentaires