Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2006 6 16 /12 /décembre /2006 14:09
Le 14 décembre 2006
 
Le PIC de la GARDIETTE
 
Que les jours sont courts en cette mi-décembre! Nos guides accompagnateurs ont bien intégré ce caprice de notre bonne vieille terre en concoctant des circuits plus près de St.Raphaël et néanmoins intéressants. C'est ce qu'a fait Bruno GUERIN en nous proposant un itinéraire varié de 15 kms avec une dénivelée de 540 m vers Bagnol-en-Forêt.
17 marcheuses et marcheurs, un peu réfrigérés- il fait 0°- se regroupent sur le parking du nouveau cimetière (pas très gai?mais bien pratique et très utilisé par les marcheurs) .
Et c'est parti pour une nouvelle aventure parmi les pins torturés qui bordent le GR et où, comme d'habitude, un certain nombre d'entre nous, sacrés gamins ! , se font photographier. Superbe vue sur Bagnol. Le temps est merveilleux et la température est plus clémente au grand soleil. Une petite grimpette nous a aussi réchauffés et un premier "effeuillage" s'impose.
Aujourd'hui pas de "gazelles" !!! Non, l'ADGPF n'a pas été dissoute par un décret "boulourisien" mais c'est le hasard de l'emploi du temps de chacune qui les a conduit à nous abandonner. Chic, chic, nous allons marcher au rythme de Bruno.
       
           Le sentier, bien raviné,nous conduit ensuite aux anciennes meulières que quelques uns ne connaissaient pas. Bruno va en profiter pour faire son cours d'histoire et de géologie. Mais que ce paysage est superbe avec la plaine de l'Argens en contrebas, très légèrement voilée par une petite brume. Que le Rocher de ROQUEBRUNE paraît petit vu d'ici !
Du côté nord-est, la neige est au rendez-vous sur des montagnes qui doivent être celles du Mercantour. Les premières stations du Sud ont ouvert hier. Heureux skieurs !
C'est dans ce paysage de rêve et au milieu des rochers rouges que nous allons prendre le petit en-cas du matin. Vers l'est, le pic de la Gardiette, notre objectif de la journée.
Passant le grand carrefour du col de la Roche du Coucou, nous allons rejoindre le chemin qui nous conduira à la base du pic. Maintenant il fait chaud, le ciel est tout bleu, on ne se croirait pas en décembre.
Fuite d'huile ? Non, ce n'est pas la culasse du moteur qui a cassé mais l'assaisonnement des carottes râpées de notre amie D?qui est sorti de sa boite. Plus de peur que de? taches, tout rentre dans l'ordre . Mais une odeur tenace commence à titiller nos narines, pourtant ce n'est pas l'assaisonnement ! C'est plus banal et plus monstrueux: le site de traitement des ordures, à notre droite, un peu en contrebas. La bonne odeur de la Provence!!! Heureusement ce n'est pas encore l'heure du repas.
Après avoir contourné le pic par le nord?il fait très frais et humide dans ce sous-bois, nous abordons la dernière montée et au-dessus du sentier, Bruno va nous dénicher quelques rochers pour accueillir notre pique-nique car le sommet du pic est un peu réduit comme salle à manger. Pour une fois nous sommes très regroupés et lorsque les joueurs de cartes s'installent on a pu entendre : " Faites un peu moins de bruit, on n'entend plus les annonces"!! Il faut ajouter que M?avait un peu insisté sur "l'extincteur" avec J? (uniquement pour la photo, bien sûr?) et que les langues des bavardes fonctionnaient bien empêchant les tranquilles "siesteurs" de dormir.
Mais toute cette convivialité eu une fin et il faut reprendre les sacs pour rejoindre le sommet. En chemin nous faisons une étrange rencontre avec la dépouille d'un renard placée dans une fourche d'arbre. Certains iront prétendre que c'était le vieux renard de leur grand-mère ? Mais sa mort semble récente.
Après avoir passé le menhir de la tombe du gardien nous nous retrouvons, un peu serrés sur la plate-forme et de là Bruno nous explique le rôle de surveillance exercé sur ce pic.   
 
Les gardiens alertaient les populations par signaux de fumée ou de flammes de l'arrivée des envahisseurs
.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nous redescendons maintenant vers les voitures sur une large piste où le groupe se paie un bon 5 kms/h, attention aux excès de vitesse ! Bruno nous a promis un bonus, une sorte de cadeau de Noël et c'est certainement la raison de cette cadence.
Sans quitter les chaussures nous reprenons les voitures pour parcourir un Km afin d'aller voir si aujourd'hui l'eau coule à la cascade du COURBACHIN. On rajoutera 3 kms à notre parcours mais ce fut un plaisir de longer et de traverser plusieurs fois ( six x deux ?) le ruisseau qui coule sur du calcaire très blanc. Quelques traversées hasardeuses et glissantes mais sans bains de siège et là, superbe, il y a de l'eau en quantité sur la cascade. Formée de concrétions calcaires, l'eau se répartit sur une sorte de corolle ménageant un passage sous cette voûte naturelle.
Merci Bruno, ces trois kilomètres supplémentaires de bonus étaient un bon investissement et un joli cadeau.
 
Le pot habituel fut pris à Bagnol dans un petit bistrot juste ouvert pour nous.
 
Merci Bruno pour cette jolie rando, très variée, cool, "on s'en mis plein les mirettes".
 
Prochaine sortie avec Jean BOREL le jeudi 21 , vers les villages perchés entre SEILLANS et CALLIAN.
Merci aux photographes Martine et Alain , Jean, Bruno, Yvette et Jean-Marie qui ont mis à ma disposition environ 120 photos.
Quelques photos en vrac :     "Grosse comme ça"
 
Non ce n'est pas un lac mais l'emplacement d'une meule. 
La forteresse              
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La cascade de COURBACHIN 
BAGNOL-EN-FORËT

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Jean-Marie - dans randosboulouris
commenter cet article

commentaires