Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 18:20

 

 LE ROC d'ORMEA

 

 Jean  nous avait promis une "rando sportive réservée à des randonneurs entraînés: 11 km et 1000 m de dénivelée". Bien qu'il ait fait beaucoup de relance, surtout auprès des dames, lors de notre dernière sortie de St Vallier en minimisant les difficultés, ce n'est que 14 marcheuses et marcheurs qui se présentèrent à Castellar ce jeudi 22 février à 8 h 45. Le temps est couvert mais on sent que soleil va percer.

 

Castellar est un charmant petit village perché à 360 m d'altitude au-dessus de Menton. Nous en reparlerons plus loin.

  

Et c'est parti sur une piste cimentée très pentue, qui ne nous laisse pas le temps de nous échauffer, avec en perspective la pointe de la PENNA qui fait déjà rêver Jean pour un futur supplice. Tout ce coteau sud a été équipé de nombreuses restanques (appelées ici "faisses"), assez hautes vu la pente mais en mauvaises état comme l'habitat résiduel. Pourtant ce n'est pas le désert, un ferme-auberge, puis plus haut, une bergerie, sont toujours en activité. On aperçoit la petite chapelle St Bernard, notre premier objectif. En trois quart d'heure nous avons déjà grimpé de 350 m à la vitesse moyenne de 500 m/heure !!! Pour un démarrage , pas trop mal non ? La piste est toujours cimentée, elle est suffisamment rugueuse pour ne pas glisser (bien que...) car il a plu certainement la veille et quoi que pentue, elle garde un reste d'humidité. Castellar, en contrebas apparaît déjà bien petit. Nous nous faisons doubler par un vététiste que nous admirons car il fait certainement plus d'efforts que nous.

Nous y sommes déjà à ce col St Bernard à 789 m, il est 9 h05 et une petite restauration s'impose car le réveil a sonné de bonne heure ce matin.  Pour le moment, le soleil a gagné la partie et vers Menton il fait carrément très beau. La vue vers la mer commence à être interessante. La chapelle, d'origine médiévale,   marque le chemin qu'empruntait Bernard de Clairvaux pour prêcher les croisades et conseiller les rois et les  papes.

  

Le "patou" de la bergerie vient jeter un coup d'oeil sur notre groupe.

  

Nous abandonnons la grande piste pour de petits sentiers qui vont nous permettre de rejoindre le sommet à 1132 m. La pluie de la veille, le passage des moutons et leurs déjections rendent le sentier glissant. Si nous avons la volonté d'aller de l'avant, nos chaussures se laissent parfois aller vers l'arrière. Mais rien à voir avec la dernière rando.

Les restes de l'ancien village de Castellar,  inspirent les grimpeurs du groupe ce qui nous vaudra une belle photo.  En 1435, les Seigneurs de Lascaris qui possédaient le fief, passent convention avec les habitants du village, alors accroché à 870m d'altitude aux pentes nord de l'Orméa, pour qu'ils se transportent sur un lieu plus commode, la colline de Saint Sébastien, afin qu'ils bâtissent 29 maisons de même hauteur et même largeur et les fortifient par une enceinte extérieure. De ces fortifications rasées ne subsistent que deux vestiges

Je---, qui a grimpé dans les ruines, aime beaucoup photographier les trous dans les murs ou dans les rochers !

La redescente semble plus scabreuse que la montée.

Lors d'une petite pause-un grand besoin de souffler quoi que le groupe  se soit bien comporté dans cette montée- Jean nous montre au loin dans la vallée de Sospel, le site de Castillon détruit deux fois, par un tremblement de terre en février 1887 puis par un bombardement pendant l'hiver 1944-1945, mais reconstruit en 1951 sur un site voisin. Evoquant ce village, Il ne peut s'empêcher de rappeler, en riant, que J.Ma--- avait raté l'entrée du tunnel de Castillon , lors de la rando de PERRA-CAVA.

Nous atteignons une partie boisée où les moutons ne semblent pas venir polluer les chemins; la pente est toujours très raide mais nous commençons à apercevoir le col du Berceau, prochain objectif. Un joli sous-bois herbeux nous accueille à 1100 m. Vers l'est, pile sur la frontière italienne, le Mont RESTAUD, et à l'ouest, son jumeau, le Roc D'ORMEA à 30 m au dessus du col. La vue sur Menton bien ensoleillée est superbe; en grimpant au Roc nous découvrirons, en plus, la vallée qui conduit à Sospel . Castellar est juste en dessous de nous. Vers l'Italie, la vue est perturbée par la fumée d'un fort écobuage effectué par une équipe de sapeurs-forestiers : juste dans le coin où nous avions prévu de pique-niquer. Zut !

 

Nous abordons la première descente, très raide. Le sol sur ce versant est sec mais les cailloux roulent sous nos pieds . On enregistre les premières chutes, sur les fesses, sans gravité. Les genoux et les cuisses souffrent pas mal et la petite remontée sur le Mont CARPIANO à 772 m est faite presque avec plaisir. Nous avons contourné l'écobuage et le soleil est toujours là pour l'installation du pique nique, côté italien, à l'abri du vent et face aux cultures en étages et serres de ce versant. Derrière nous le Roc d'ORMEA est déjà dans les nuages  mais côté mer , aussi bien italienne que française, il fait un franc soleil et les deux Rivieras sont remarquables.

Pas de rosé aujourd'hui, les sacs devaient être allégés au maximum. Seulement un petit pastis offert par Ca---, les fameux bonbons au gingembre de Ma--- , un coup de genièvre de Jean et de délicieux chocolats de An---.          Avant de repartir pour la dernière descente, rendons hommages à nos cinq dames qui on bravé les difficultés de cette rando. Bravo Mesdames !

Parlons-en de cette dernière descente ! La pente est sévère et les cailloux roulent toujours, même notre serre-file aura droit à sa petite glissade sur les fesses. On commence enfin à apercevoir notre nouvel objectif, la grande piste qui va nous ramener à Castellar.

Ouf !ça y est, quel bonheur de marcher à plat...

Il ne reste plus qu'une heure de marche. Le temps a continué de se couvrir et Menton n'est plus sous le soleil. Avant de rentrer dans le village nous découvrons la petite chapelle St Roch où le 16 août, on bénit les animaux domestiques !!! Dite du "Bon voyage", elle correspond bien aux activités des randonneurs.

 Jean est satisfait, nous avons respecté notre timing et le groupe a bien marché. En récompense, il nous offre un tour de village et nous admirons passages couverts voûtés, plantes grasses en pot et linge qui sèche aux fenêtres, lavoir et fontaines du 19ème siècle. Les amateurs d'histoire apprécient les restes de remparts et la porte "fortifiée en 1548, après le siège de Nice par François 1er et ses alliés turcs et barbaresques", ainsi que le superbe style baroque du palais Lascaris, ancienne résidence des Comtes du même nom, qui date du début du 17ème siècle. De ce palais la vue sur Menton est paraît-il superbe mais aujourd'hui nous ne pourrons pas en profiter, il est fermé. Nous n'oublierons pas la très belle église St Pierre, parfaitement restaurée dans des tons roses.

Notre pot sera pris dans l'auberge locale...pour une fois l'accueil n'y fut pas chaleureux.

Merci Jean pour cette belle balade, nous sommes tous très fiers de t' avoir accompagné.

                   (Bilan : 12 km et 925 m de dénivelée.)

Prochaine sortie avec Bruno GUERIN à la CROIX et au col de CABRIS

Photos de Jean BELLACHES et Jean-Marie CHABANNE- Quelques photos ont été empruntées au site ci-dessous, les conditions météorologiques nous ayant un peu gêné.

http://rando.canalblog.com/archives/2006/10/31/3047230.html

Quelques photos en vrac :

 

  Le photographe a immortalisé le groupe sur ce rare morceau de plat.

 Descente du vieux village : scabreux !

 

 

 

 

 

  A gauche,  le chemin de la montée, bien caractéristique.

 C'est tout la-haut que nous sommes allés, pas possible !

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Jean-Marie - dans randosboulouris
commenter cet article

commentaires