Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 09:22

 

 AMEN - Gorges de DALUIS

 

Trouverai-je, aujourd'hui, assez de superlatifs pour vous rendre compte de cette journée que Bruno nous avait préparée dans la vallée du Var . Pourtant elle ne commença pas très bien au départ de Boulouris , car, lorsque J-Ma...et Yv...arrivèrent sur le parking, à 6 h 45, heure du départ  (ça c'est pas bien) ils ne trouvèrent que Je... et Ni...passablement désolés d'être seuls. Transfert du matériel dans une seule voiture et préparation au départ, quand, à 6 h 48, nos deux petits nouveaux, André et Monique, nous rejoignent. Il était temps.

Les deux heures et quart de route avaient du en dissuader plus d'un et pourtant... A part pour les chauffeurs, à partir du confluent avec la Vésubie, l'itinéraire est très beau et, passé Entrevaux, la montée sur Guillaumes par les grandioses gorges de Daluis est un plaisir pour les yeux.

Au parking du Pont des Roberts, seulement 6 courageux marcheurs sont déjà prêts au départ et c'est donc à 12, parité respectée à la virgule près, que nous nous engageons sur le sentier de AMEN (prononcer Amé). Il fait froid, toutes les zones à l'ombre sont gelées mais il fait très beau et, la neige sur les montagnes au dessus de Guillaumes, brille dans le soleil.

 14 km à parcourir avec une dénivellée de 750 m, pas de "gazelles", la rando doit être cool. Comme nous étions peu nombreux et pas égoïstes et  qu'il y a eu beaucoup de photos, nous allons consacrer un album spécial image, à voir en cliquant dans le premier cartouche à gauche.

 Et  pour Je...commencera sa grande recherche de la journée, le Mt. Mousnier. Persuadé qu'il n'est pas possible de le voir alors que le descriptif l'a mis au programme, il aura finalement raison, encore que...

 Nous montons sans difficultés dans le sous bois. On sent la fin de l'hiver avec les hellébores sauvages (Hélléborus lividus) et le début du printemps avec les primevères et les anémones des bois(Hépatica nobilis)-petit clin d'?il à Da...spécialiste des noms latins !                                                   Ici c'est le domaine des buis qui atteignent des tailles d'arbres. Sur notre droite, de plus en plus bas, la vallée du Var et au loin,"le pont de la mariée", tristement célèbre, car une jeune mariée s'y suicida le soir de ses noces. Plus haut, les gorges sur l'autre rive, superbes, rouges de la pelite de l'ère primaire, surmontées du Mont St Honorat (2520 m) recouvert de neige.

 Bruno s'arrête un moment pour  faire le point de notre progression et compléter , par ses informations, notre connaissance de cette région. Il évoque en particulier cette voie muletière romaine sur laquelle nous circulons et assurait la liaison entre Guillaumes et Léouvé (où était transporté le minerai de cuivre). Dans quelques minutes nous allons déboucher au sommet de notre périple et découvrir les ruines du village d'AMEN. C'est un village de vertige surplombant des ravins de "terres rouges", probablement un des derniers hameaux des Alpes non desservis par une route à l'orée de  l'an 2000. C'est effectivement un village en ruine mais depuis le dernier passage de Bruno, en 2001, si certaines bâtisses se sont encore écroulées il semble qu'un peu de vie soit revenue. Quelques portes ont été remises en place ainsi que des vitres sur la maison la plus avancée sur la terrasse, l'intérieur de l'église  de Notre-Dame-des-Neiges a été restauré- le 1er dimanche d'août, il y a une fête patronale-elle est fermée par une grille et même "la cabane au fond du jardin" est cadenasée. De plus la fontaine recommence à couler  même si le lavoir n'est plus utilisé et en dessous du cimetière on a construit un reposoir avec un saint non identifié. 

                Au XVIII ème siècle, des paysans-mineurs construisirent ce village pour arracher le cuivre de la montagne et peut-être aussi de l'or de cette concession accordée par Louis XIV au marquis Villeneuve de Beauregard. Au début du XIXème un recensement donnait 123 habitants, "banlieue" comprise avec un curé et un instituteur.

          On peut y voir encore un très beau four à pain et plusieurs salles joliment voûtées. Pourtant ce village fut abandonné car un rapport signale : " la pente vertigineuse de cette montagne est si périlleuse et la pierre de roche si dure qu'on a déclaré cette mine inexploitable". Le petit cimetière est désert- à part une croix rouillée. Les habitants, en partant ont du emporter leurs morts.

 C'est dans ce village, sur un terrasse herbeuse, en plein soleil que nous nous installons pour notre repas. C'est le grand calme, on se croirait loin de toute civilisation active. Pour un fois les joueurs de carte sont bien installés et ils vont en profiter pendant que les autres visitent les ruines. Aujourd'hui, nous prenons notre temps et la beauté du paysages nous a conduit à de nombreux arrêts, soit pour les photos, soit pour de simples, mais grandioses coups d'?il... et ce n'est pas fini !

Une vielle carcasse de voiture d'enfant permettra à nos "gamins" de se distraire un peu.

Nous attaquons la descente vers la clue, laissant derrière nous le village qui va nous servir de repère encore longtemps. Le sentier serpente dans ces schistes rouges qui s'effritent ou parmi des basaltes en forme de grandes dalles. Tout au fond du ravin, une petite passerelle très récente enjambe l'Amen. La rivière a créé  des vasques dans lesquelles Bruno nous avait promis des naïades, mais hélas, aujourd'hui l'eau est trop froide, point de beautés dévêtues : toujours des promesses !

 

 

  C'est en suivant la courbe de niveau entre 100 et 200 m au dessus de la rivière que nous prenons le chemin du retour dans un paysage de roches verticales très impressionnantes. Nous retrouvons l'aperçu sur le mont St Honorat et les lacets d'accès au village de Villeplane (humour de ceux qui l'ont baptisé)de l'autre côté du Var. Lorsque nous  apercevons à nouveau Guillaumes, J... pense encore à son Mt. Mousnier, peut-être va t'on enfin le voir , mais non, définitivement, ce n'est pas possible, il est trop à l'est.

 

 

 

 

Retour vers les voitures par un raccourci casse-g... Bruno avait-il envie de sortir sa boite miracle ? Mais non, tout se passe bien et nous nous retrouvons sains et sauf sur notre parking.

Le pot sera pris à Entrevaux que nous quitterons à 17 h 15. Nous avons pris notre temps mais avons bien profité de ces paysages magnifiques.  Merci Bruno, ce fut une très belle journée. Il reste 160 km à faire, en voiture ce coup-ci. 

 Merci aux photographes Yvette CHABANNE, Bruno GUERIN, André TURPIN, Jean-Marie CHABANNE.

 

 Prochaine sortie, jeudi 22 mars avec Jean BOREL à la Chartreuse de la Verne 

 Quelques photos en vrac :

 Est-ce lui qui va nous mener jusqu'à AMEN ?

Encore une ruine à racheter ?

On range ses petites affaires ...

Sacrés cailloux, ça roule comme dans l'Esterel !

Petite pause dans la descente.

Bienvenue aux deux nouveaux marcheurs, André et Monique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Jean-Marie - dans randosboulouris
commenter cet article

commentaires