Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 17:09

Le Col d'ILLOIRE

Ou "les Treize du Grand Margès "

 

Nous voici donc à AIGUINES dans le parc naturel du Verdon où Bruno GUERIN nous a prévu une grosse rando de 18 km et 1000m de dénivelée. En fait elle se terminera par 20 km et 1275 m avec les petites options rajoutées...13 courageu(ses)x  étaient au départ. Une seule "gazelle", mais quand mêmes quatre dames. Ils et elles ne se doutaient pas de la "galère" dans laquelle il s'engageaient. Un deuxième parcours de 14 km et 600 m de dénivelée avait été préparé pour un second groupe de 11 marcheurs et marcheuses, mais personne ne semblant vouloir le mener, on sentait un peu de flottement ...(Certains avaient semble t'il quelques idées derrière la tête).

 

 

A 9 h10, les deux groupes s'ébranlent pour la partie commune qui permet d'atteindre le Belvédère du Col d'Illoire. Le temps est couvert avec quelques rayons de soleil, mais il souffle un terrible vent d'est, particulièrement après la première grimpette au col à 900m, puis au belvédère. Le second groupe s'y est aventuré mais le vent violent l' en a chassé rapidement. Dans cette deuxième partie, il faut s'accrocher et quelques casquettes ont regagné les sacs, quant aux mises en plis, inutiles d'en parler.

Mais que c'est beau ! A l'ouest, le lac de Ste-Croix, et, en dessous de nous, le village des Salles, puis sur l'autre rive, le plateau de Valensole, avec ses champs bien alignés. Que ce doit être agréable de marcher là-bas sur cette planitude (sic).

 

 

A l'est, les Gorges du Verdon.

A cette heure, et en l'absence de soleil, la couleur de l'eau n'atteint pas encore sa pleine vertditure.

(resic-promis,j'arrête...).

 

 

 Au col les deux groupes se séparent, le second rejoignant le village par la route, puis le GR 99. Ensuite, il  devra  descendre jusqu'aux   rives du lac.

Le premier groupe, après une petite hésitation corrigée par le GPS, atteint le chemin en encorbellement le long de la falaise. Un chamois détale devant Jean BOREL qui menait le groupe à ce moment-là.

En principe, on suit des courbes de niveau entre 820 et 850 m et ce devrait être assez cool. En fait, des barres rocheuses les coupent fréquemment et il faut soit monter, soit descendre, pour les franchir. Epuisant ! Le sentier est étroit, et les troncs de buis, coupés au ras du sol sur les bords du chemin, sont autant de pièges à éviter.

Car le buis est le végétal le plus répandu par ici. Quelques fleurettes de printemps agrémentent notre paysage avec quelques coucous que nous n'avions pas encore rencontrés les semaines précédentes. Le paysage, il faut aussi en parler car nous surplombons le Verdon d'environ 350 m, et si notre orientation ne nous permet pas de voir l'amont, l'aval est superbe, surtout au niveau du ravin de Vaumalle avec son immense pierrier tout blanc. Un peu plus loin, après une petite vire assez vertigineuse, on découvre sur l'autre rive les ruines de Mairestre et le sentier du Bastidon.

Pendant ce temps le 2ème  groupe a regagné les voitures et déguste un petit rosé, comme apéritif.

Lorsque nous atteignons la route, il est 12 h 50, heure habituelle pour se restaurer mais il reste à avaler  une grosse montée qui nous conduira de 958 m à 1290 m, au bord du plateau. Le groupe va choisir de la gravir le ventre vide car la pente est très raide. La progression va se faire en lacets dans une forêt très claire, sur un sol agréable, sans trop de cailloux...mais la dénivelée est bien là et le groupe se disperse sur plusieurs centaines de mètres.

OUF ! ça y est, une joli petit pré, entouré de buis, nous accueille les uns après les autres.

           Il est 13 h 50 et nous sommes à mi parcours.

Le casse-croûte est sorti des sacs et puis pour certains, ce sera une petite sieste. Bruno a confié à Gérard la lecture des commentaires sur Aiguines et sur les activités liées au buis ainsi que l'évocation des chasseurs de miel :  quelques ronchonnements des dormeurs...

 

Contact téléphonique avec l'autre groupe, où l'on apprend qu'ils sont au restaurant !!!

            Nous leur indiquons que nous les rejoindront vers 17 h30.

Nous reprenons notre marche pour gagner la cote 1577, le sommet du Grand Margès. La végétation est exclusivement constituée de buis poussant parmi les rochers. A l'est, l'extrémité du camp de Canjuers est désolée.                            Le vent qui nous a accompagné tout au long de la journée redouble de violence. Il est un peu fatiguant mais, au moins, il nous protège de la pluie; jolie photo de nos compagnes près d'un cairn très pointu.

Enfin le sommet !!! C'est très beau mais le temps un peu gris va nous limiter pour les photos. Les dernières gouttes d'eau sont extraites des bouteilles avant d'attaquer la descente. Au col de la Glacière, nous quittons l'itinéraire pour traverser une "dolline" (Les dollines sont de petites dépressions, généralement herbeuses, restes d'une pièce d'eau asséchée)dont le  bord côté nord-ouest permet une vision extraordinaire sur le Verdon (la "rue d'eau") et la D71 (la route de la corniche sublime).

Puis la pente augmente sérieusement dans cette descente tord-pattes et nous découvrons le château d'Aiguines . "Bigre, dit Bruno, il est encore loin". Pourtant nous y arriverons à 18h. Deux de nos amis, assoiffés, se sont arrêtés dans le premier café rencontré, pour se réhydrater en vitesse.

C'est à Salles sur Verdon que nous retrouverons le second groupe, attendant patiemment (pas sûr...) notre retour. Reprenant les voitures ils sont descendus à Salles et ont fait un tour au bord de l'eau avant de remonter  au village, un peu désert à cette époque. Visite de l'Eglise où ils ont pu admirer une belle statue de Ste Anne, patronne de ces lieux.

Le pot habituel sera pris dans le village; vous imaginez certainement les commentaires des marcheurs du 1er groupe vis à vis de leurs amis.

 

Merci BRUNO, tu nous a bien épuisés, mais comme tu l'as précisé, tous les ans tu mets une rando difficile, c'était celle-ci.

 

NB : nous prions le second groupe de bien vouloir nous excuser du manque d'enthousiasme de nos propos, mais admettez qu' il n' y avait pas lieu de trop en rajouter. Vous ferez mieux la semaine prochaine.

     Merci aux photographes : Jean BELLACHES, Gérard CHARPY, Bruno GUERIN, Yvette et Jean-Marie CHABANNE.

         Prochaine sortie avec Jean BOREL le jeudi 19 avril à la Cime de BAUDON.

 

 Quelques photos en vrac :   Le château d'Aiguines

Le second groupe en action de marche... rare !

 

 

 Le ravin de VAUMALLE

 

 

 La D71 vue du bord de la dolline

 Gouyette...

 Le sommet du Grand MARGES

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Jean-Marie - dans randosboulouris
commenter cet article

commentaires

Bernard SAMIER 16/04/2007 14:34

Bravo pour cet exploit !!!
Finalement j'étais beaucoup mieux à Callian.
Amicalement
Bernard