Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2007 3 02 /05 /mai /2007 14:26

Pèlerinage de Saint Honorat

 

Pour cette sortie dominicale, BRUNO et JEAN étaient au repos (bien gagné d'ailleurs après les marches difficiles du Verdon et du Massif de la Ste BAUME) et c'est CAMILLE qui prenait le relais pour nous accompagner dans cette marche processionnaire dans l'Esterel, massif qui est, on ne sait pas trop bien pourquoi, très peu visité par les marcheurs…(Sacré blagueur ce Michel !*)

 

 

C'est donc 31 marcheuses et marcheurs qui se retrouvent à 8 h, sur le parking du CRAPA, pour une marche de 14 km et au dénivelé incertain ( en fait de l'ordre de 400 m*). Il fait doux, le soleil est là avec un peu de brume lorsque nous prenons le chemin de la ferme Philippe où aura lieu le premier rassemblement des marcheurs.   Une tente y a été  installée avec de quoi se sustanter et se désaltérer.Pour arriver à cette ferme, vers 10 h, nous avons contourné le village de Cap Esterel pour découvrir au détour d'un petit chemin la baie d'Agay - une des plus belles du monde après celle de Halong et de Rio de Janeiro bien sûr- (Ah ! ces reporters-stagiaires quand on les laisse partir tout seuls…*).

 Après un petit en-cas bien mérité, nous reprenons notre route dans le massif de l'Esterel : petite Afrique aux "reflets corses" , ondulée de ses anciens volcans aux roches rubis qui plongent dans le grand bleu. L'Esterel est le poumon vert du Var (Allez donc, poète et écologiste !*). Une petite pause permet à Camille de nous indiquer les différents points culminants avant de redescendre vers la Maison Forestière du GRATADIS puis traverser l'étang du RADIER, malheureusement presque à sec.

 

 

Dernier regroupement avant d'attaquer, soit avec la procession, soit en éclaireur, la route du Pic de l'Ours qui nous nous conduira à la Ste.Baume, but de notre pèlerinage.

 Cette procession qui se déroule traditionnellement le 1er dimanche de Mai, s'est trouvée décalée au dernier dimanche d'Avril pour cause d'élections présidentielles.

Ce changement  de date n'a pas perturbé le bon déroulement de cette vieille fête votive qui avait attiré, comme toujours, plusieurs centaines de raphaellois de tous âges allant rendre hommage à ce bon St Honorat, à jamais ermite devant l'Eternel. La procession a pris forme en une joyeuse chenille …processionnaire (Oh!!!*),

colorée, où dominait les costumes provençaux et emmenée par les cavaliers de

l'ONF, la cohorte des joyeux drilles de la Communauté libre des Templiers, de la Rafelenco, de différentes associations de randonneurs (dont la nôtre) et même d'une délégation de St Jacques de Compostelle, le tout rythmé par les sons harmonieux des fifres et des tambourins. Pour se remettre, un office religieux, célébré en provençal, par le père Don Bruno (non ce n'est le nôtre...de Bruno *), attendait nos sympathiques pèlerins.

 

Pour ceux qui ne désiraient pas participer à cet office, était proposée une visite des grottes troglodytiques du Cap Roux où l'ermite  Honorat séjourna avant de devenir le fondateur du Monastère de Lérins.

Quelle destinée que celle de ce saint homme auquel les îles Saintes Marguerite et Saint Honorat doivent leur préservation ! Né à Trèves au IV° siècle, Honorat s'embarque pour l'Egypte y vivre sa foi dans la contemplation. A son retour d'Orient, l'évêque de Fréjus lui permet de se retirer dans les Baumes (grottes) du Cap Roux où coule une source. De par sa renommée, en 412, il a l'autorisation de s'installer avec ses nouveaux compagnons sur les Iles de Lérins (la légende dit qu'il chassa les serpents qui infestaient l'île pour s'y établir). Il y fonda un monastère encore habité de nos jours par des religieux.

Pour parvenir à ces grottes, nos marcheurs, au départ de la Source de la Sainte Baume, gravirent le sentier et suivirent les pentes jusqu'aux barres rocheuses. Ensuite, l'itinéraire conduit à un court passage aérien équipé d' une main courante métallique. En face, les ruines qui donnent accès à la grotte de l'Ermite. Plus que quelques mètres à flanc de falaise et la porte, point culminant de la montée, est franchie. Point de vue magnifique sur l'ensemble du massif. Quelques marches plus bas, la grotte est là, mémoire d'une période ascétique dans la vie de ce saint homme.Retour à l'esplanade de la Sainte Baume où un apéritif préparé par Camille et quelques autres marcheurs nous attendait ainsi qu'une énorme paella servie par le Service Technique de la ville de Saint Raphaël (que nous remercions vivement). Il y eu même, à la fin du repas quelques alcools "prohibés", apportés par les marcheurs, circulant sous le manteau.

Après cette très belle collation nous pûmes  nous dégourdir les jambes en allant danser, avec l'orchestre "Balletti" entre "Jazz et Java" offrant un florilège de son éclectique répertoire pour petits et grands, avant que chacun reprenne le chemin du retour par l'autocar mis à notre disposition.

Merci encore à Camille pour cette très belle promenade qui a su "sans GPS" nous conduire au milieu de ce massif sans nous perdre. (Il aurait plus manqué que cela …*)

 *( Notes de la rédaction)

 Texte de Michel BOIARDI- Merci aux photographes, Michel BOIARDI, Alain et Martine LADRIERE

 

 

Quelques images en vrac :           Votre rédacteur-stagiaire, Michel BOIARDI

      

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Michel BOIARDI - dans randosboulouris
commenter cet article

commentaires