Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 10:07

 Le 3 mai 2007

 

 De SALERNES à SILLANS la CASCADE

  Aucun des rédacteurs attitrés n'étant présent (un en voyage et deux au sec au creux de leur lit?), c'est le meneur du groupe qui s'est collé au pensum. Merci Jean.

18ème semaine de l'année 2007 et 18ème rando-journée. Le "rythme infernal" imposé par les organisateurs de la section randonnée du Cercle de Boulouris se poursuit inexorablement et d'une manière implacable. En cette semaine du 1er Mai, Fête du Travail, qui aurait dû nous inciter plutôt au repos, Jean BOREL nous avait préparé un parcours de 17,5 km avec une dénivelée de 450 m, dans la vallée de la Bresque entre Salernes et Sillans-la-Cascade. Les orages des jours précédents et la météo catastrophique qui était annoncée avaient eu raison de la témérité de nombre de randonneurs. C'est pourquoi, en ce jeudi 3 mai, nous n'étions que 10 à piaffer d'impatience sur le parking de Boulouris dont 4 courageuses.

Le ciel était couvert  et menaçant mais il ne pleuvait pas. Jean BOREL exposa la situation d'une manière claire et objective : fallait-il démarrer compte tenu du déluge annoncé ? La majorité du groupe balaya cette hypothèse d'un revers de la main. Certains s'abstinrent (positivement) et la randonnée fut maintenue. Aussitôt la répartition des "charges" se fit dans le voiture avec efficacité et coordination, mais la place de Boulouris était vide... et personne ne put apprécier ce départ, selon un ordonnancement rituel bien réglé, en direction du parking de la place Jean Moulin à Salernes via l'A8, la RN7, Taradeau et Lorgues. Voyage sans histoire et arrivée à Salernes à 8 h15 dans un parking vide. Le temps d'échanger quelques propos anodins et de s'équiper comme des pros, il est 8 h 30, et le signal du départ est donné. Le ciel est toujours gris et menaçant  mais sans pluie. Nous sommes 10, 4 femmes et 6 hommes (moyenne d'âge 66,3 ans) toutes et tous très décidés.

 Après avoir passé le pont sur la Bresque, nous nous dirigeons plein Sud, en traversant les faubourg de Salernes, au milieu des jardins, des vergers et des vignes : agréable ! Puis le chemin s'enfonce dans une belle chênaie, sans grande difficulté. Jean va  profiter d'une petite pause pour nous présenter ce sympathique chef-lieu de canton avec ses 3269 habitants, connu pour sa spécialité de "tomettes", carrelage chaleureux de couleur rouge et de forme hexagonale, dures à briquer, qui décorent les intérieurs provençaux. Une quinzaine de fabriques sont encore en activité, certaines s'étant reconverties vers le carreau de faïence ou la poterie. L'Eglise a deux clochers, un à chaque extrémité, et rassemble autour d'elle quelques belles maisons du 17ème siècle. Notons, en outre la présence de nombreuses fontaines.

 

  Toujours les mêmes conditions climatiques, stables. Le groupe reprend sa progression jusqu'à la cote 312 où nous changeons de cap, plein Ouest maintenant, sur un plateau couvert de yeuses, cistes et euphorbes. Le sentier se faufile dans des taillis, de plus en plus touffus. Compte tenu des pluies des jours précédents, la progression est difficile, surtout pour  Jean qui récolte l'eau des graminées et des branchages. Il demande à son groupe de rester bien groupés car l'orientation pourrait poser quelques problèmes. Heureusement, le GPS veille, et nous nous retrouvons sur une piste plus large dont les côtés sont parsemés de cistes, romarins, lauriers et thym.

 Nous arrivons au pied de la montagne du Serre qui culmine notre parcours à 431 m Nous avions été habitués, ces dernières semaines, à des belvédères plus imposants et plus respectables...                                                           

Après la traditionnelle pause casse-croûte et un petit passage "à la jarre" (cf. la visite du musée de Peille), nous reprenons notre cheminement sur le plateau "sommital", le long d'un tapis de thym, de genets, d'iris et d'orchidées, certes un peu abîmées par la pluie

 

 

 Quant à la pluie, parlons-en, aujourd'hui, elle nous fait toujours grâce, même si le ciel est gris et menaçant. La piste traverse ensuite une magnifique oliveraie puis un sous-bois de pins et de yeuses.

 

C'est enfin la descente vers la Bresque et nous commençons à entendre la cascade. A la cote 313, nous la découvrons, toujours aussi magnifique, tombant de ses 42 m, dans un voile d'eau. Comme pour nous récompenser, le soleil commence à illuminer ce site enchanteur. Quel merveilleux spectacle !  Quel moment d'intense émotion !

 Nous dévalons, en quelques enjambées, le petit sentier qui conduit aux rives du petit lac verdoyant où éclate la cascade.                Quel site frais et verdoyant, quel havre de fraîcheur!

Selon Camille qui a visité le site il y a quelques années, de nombreux aménagements ont été réalisés pour faciliter l'accès. Il faut dire qu'entre temps, une série télévisée y a été tournée...

 Il est 11h 30, personne ne se doute que le plus dur reste à faire?Annoncé par Jean comme facile et ludique,  présentant cependant quelques passages escarpés, le petit sentier qui longe la rivière se révéla infernal. Compte tenu des montées, des descentes, de la végétation dense et surtout du sol argileux et détrempé, ce fut un véritable parcours du combattant avec une succession de cris, de jurons, de glissades incontrôlées, de chutes (sans gravité heureusement). Daniel macula entièrement son magnifique pantalon de boue collante alors que Daniella, accrochée à une liane avec beaucoup d'autorité, se mit à pivoter et disparut, tête en avant dans un fourré où elle eu du mal à s'extirper. Plus de peur que de mal.

 Nicole et Chantal s'en sortirent mieux, aidées par les bras vigoureux de Camille et Daniel. Quant à Jean, dérapant dans une descente il alla s'égratigner l'oreille sur un épineux mal intentionné. Petite hémorragie sans gravité.

 La situation se rétablit bien vite lorsque le groupe atteignit un petit pré hospitalier, en surplomb d'une seconde cascade. Une vielle porte récupérée dans une ruine permit d'installer un "coin repas" bien confortable !!!

 Aussitôt commença la ronde des apéritifs : délicieux vin de citron de Daniella, boisson anisée (et alcoolique) offerte par Camille et rosé de Pierre. L'ambiance est chaleureuse et l'appétit va bon train.

 Le temps, pour Dominique, de cueillir quelques asperges sauvages pour la future omelette de Nicole et il est temps de repartir sur le sentier qui suit la rive droite la Bresque avec ses petites "cascadelles", à travers un bois d'érable. La progression est toujours difficile sur ces zones glissantes et gorgées d'eau. Mais, maintenant, nous avons acquis une certaine expérience et nous rejoignons une belle piste orientée Est, avec une dernière petite grimpette et une longue partie plate qui va nous ramener tranquillement vers le village de Salernes. Nous longeons un petit lac, sur la rivière, aménagé pour les loisirs et enjambons celle-ci sur un petit pont pittoresque.

 Le ciel est bien gris et de plus en plus menaçant. Il faut hâter le pas, il reste un kilomètre à parcourir le long de la Bresque. Le groupe s'étire un peu mais il n'y a plus de risque? sinon la pluie. Nous franchissons un nouveau pont et le parking est à 100m lorsque les premières gouttes commencent à tomber.

 Finalement, nous aurons gagné notre pari contre le mauvais temps. Vite on se remet au sec, vêtements et chaussures, pour aller se désaltérer. Le montant modéré des consommations mérite d'être signalé. Sans atteindre le record de Mazaugues, il est étonnement faible : 2.05 ? !

 C'est sous une pluie battante que nous rejoignons les voitures ( nous l'avons échappée de justesse). Elle nous accompagnera jusqu'à St Raphaël mais maintenant, on s'en fiche...

 Merci Jean pour cette journée passionnante qui a montré, un fois de plus, que les conditions climatiques peuvent, parfaitement, rendre infernal un parcours facile.

 Nous nous retrouverons pour de prochaines aventures le jeudi 10 mai, avec Bruno GUERIN, dans les calanques de Marseille (Morgiou et Sugiton)- Pas de profil pour cette balade.

 Texte de Jean BOREL- Merci à Daniel Mangin pour les photos.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Jean BOREL - dans randosboulouris
commenter cet article

commentaires