Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 21:20

Les Calanques de Morgiou et Sugiton

 

 Aujourd'hui Bruno nous propose une randonnée dans les calanques sauvages de Morgiou et Sugiton, entre Cassis et Marseille. Un petit parcours de 8 km, un petit dénivelé de 400 m. Cela promet d'être cool. La météo est excellente, c'est une belle journée d'été qui s'annonce, et nous pourrons nous baigner dans l'eau profonde et limpide des calanques.

Notre lieu de rendez-vous se situe près du campus de Luminy. Nous nous retrouvons 19 marcheurs et marcheuses au départ.

 

Nous débutons par une piste facile à travers les pinèdes, avant d'atteindre la garrigue et les falaises qui dominent la mer. Nous descendons alors au milieu d'un paysage magnifique, avec les falaises calcaires au-dessus de nous, et des vues vertigineuses sur la mer et les calanques.

Nous prenons le temps d'une petite pause à l'ombre, car le soleil commence à se faire sentir.

Mais il faut se rendre à l'évidence. Notre sentier nous mène vers l'est ? avec là aussi une vue superbe sur des calanques. Mais ce n'est pas notre direction.

Avons-nous manqué le bon sentier ?

 

  

A moins que Bruno ne nous ait concocté une "option" pour découvrir une petite grotte - que seul Jacky1 visitera.

Ou est-ce pour admirer la vue sur la calanque de Sugiton et son îlot "Le Torpilleur", suivie derrière de la calanque Morgiou.

 

 

 

 

 

 

Avec au fond le Cap de Morgiou.

Cap sous lequel s'ouvre un tunnel sous-marin qui conduit à la grotte Cosquer (grotte située sous le niveau de la mer et ornée de peintures).

 

Toujours est-il qu'il nous faut remonter sur nos pas, à la recherche du sentier qui doit nous conduire à la calanque de  Sugiton.

Pas un arbre, pas une ombre sur notre route.

Le soleil cogne. Enfin nous apercevons le sentier en contrebas. Pour le rejoindre nous choisissons d'emprunter un raidillon abrupt, qui descend dans les rochers. Attention à certains rochers bien polis, bien glissants!

Notre sentier longe à présent le pied d'une falaise, immense paroi en surplomb. Impressionnant!

Les Calanques sont toujours très appréciées des grimpeurs. D'ailleurs nous en verrons plusieurs, escaladant une paroi au-dessus de la calanque de Morgiou.

 

 

 

 

Soudain un bouchon se crée, car nous devons emprunter une échelle avant de poursuivre notre descente vers Sugiton.

 

 

 

 

 

A présent nous dominons la calanque et pouvons admirer le Torpilleur qui semble s'élancer vers le large.

 

 

 

Mais nous n'en avons pas fini avec les passages escarpés.

 

Cette fois-ci, Bruno et Jean ont tendu une corde pour faciliter notre descente.

Aidés de Jacky2, ils parviennent à nous faire franchir ce passage périlleux.

 

 

 

 

Nous arrivons alors sur un sentier plus facile, qui longe la côte en direction de Morgiou.

La calanque de Morgiou est assez profonde. Au fond se trouve le port avec encore quelques pêcheurs professionnels, des cabanons et un restaurant. 

 

Sans aller jusqu'au port, nous nous arrêtons dans un lieu ombragé, avec une belle vue sur la calanque. Et juste au-dessus d'une petite plage bien attirante.

C'est l'heure du pique-nique, l'heure de se désaltérer et de se restaurer. Car nous l'avons bien compris. Cet après-midi il faudra remonter!

 

Après le déjeuner quelques-uns ont décidé de tâter l'eau. "Elle est bonne!" nous dira Jean.

En réalité elle est froide. Mais après avoir transpiré sous le soleil brûlant, quel bonheur! Quatre ou cinq courageux ? dont une courageuse, bravo Marie-Claude! - se jettent à l'eau. Quelques minutes suffiront pour nous rafraîchir.

Après le bain, le bain de soleil. Merveilleux, on se croirait en vacances. Mais il ne faut pas abuser des bonnes choses. Il est l'heure de remonter.

 

Sous le soleil tout semble plus difficile à présent.

Encore un passage délicat à franchir dans les rochers. Heureusement il est équipé d'une chaîne qui facilite l'escalade des rochers. Camille tend une main  secourable à qui en a besoin.

Avant de se tourner une dernière fois vers les calanques que nous quittons à regret.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre groupe s'étire. Nous marchons, courbés sous le soleil, accablés de chaleur.

 Nous approchons du col de Sugiton.

 

 

 

Quand tout à coup Gérard stoppe net. Sa chaussure gauche a rendu l'âme. Et que peut faire un marcheur sans chaussures ? Nous sommes encore à plus d'une heure de marche de nos voitures.

Bruno n'hésite pas. Il appelle les pompiers. Ceux-ci pourront nous rejoindre par la piste qui monte vers le col. A tout hasard Bruno réclame un brancard.

Excellente idée, car sous l'effet de la fatigue ou de l'émotion, Marie-Claude s'est allongée par terre. Elle semble proche de l'évanouissement. Cela tombe bien. Les pompiers ne seront pas venus pour rien.

Pour rien ? En effet - les événements s'enchaînent décidément très vite - le problème de Gérard parait résolu. Marcel a rattaché la semelle de sa chaussure défaillante, à l'aide d'un lacet aimablement prêté par Daniel. Gérard devrait ainsi pouvoir rejoindre le parking, en claudiquant pour éviter d'user le lacet de Daniel.

Marie-Claude, assistée par Camille, est toujours allongée au milieu du sentier. Elle ne semble pas en mesure de terminer la randonnée.

Un groupe de secouristes (tous ont tenu à conserver l'anonymat) a rejoint Camille. Chacun s'active auprès de Marie-Claude, lui rafraîchissant le visage, lui donnant à boire.

Ces soins sont particulièrement efficaces, car quelques minutes plus tard, Marie-Claude se relève, décidée à poursuivre la marche. Avec courage, elle parviendra ainsi à atteindre le col.

 

Un premier groupe est déjà parti en direction du parking.

Dans la descente nous croisons les pompiers qui viennent au secours de Marie-Claude, ...qui n'en a plus besoin.

Ils en  profitent néanmoins pour lui faire un brin de causette et la ramener au parking.

 

 

 

 

 

Nous voici enfin tous rassemblés, heureux du bon dénouement de toutes ces péripéties. Pour nous remettre de nos émotions, nous irons à Saint Zacharie prendre un pot  - dont on nous dit que ce fut le moins cher de tous les pots jamais pris par les randonneurs du Cercle de Boulouris. Intéressant, n'est-ce pas!

 

 

 

 

NDLR: J'espère - bien qu'un peu atteint par le soleil, l'eau glacée et la fatigue -, avoir relaté avec fidélité les incidents qui ont émaillé notre fin de randonnée.

 

 

 

 

Merci Bruno pour cette superbe randonnée dans les calanques sauvages de Morgiou et Sugiton.

 

 

Prochaine sortie le jeudi 17 mai avec Jean pour 16 km 500 à Ilonse.

 

Merci aux photographes, Gérard CHARPY, Bruno GUERIN.

 

 

 

Voici encore quelques photos en vrac :

 

 

 

 

Dans ce passage délicat, Bruno nous assiste.

 

 

 

 

 

 Dans celui-ci, il photographie ces dames

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Vues sur les calanques

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Gérard - dans randosboulouris
commenter cet article

commentaires