Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 17:01

 

  La Montagne de THIEY

 

En ce 24 mai, par une journée promise comme très chaude par la météo, Bruno GUERIN a emmené ses vingt deux marcheuses et marcheurs dans les Alpes Maritimes, au-dessus de St Vallier. Le rassemblement se fait vers 8 h 30 sur un parking très bien aménagé, en pleine verdure, dans le virage très serré de la RN85, en dessous du Pas de la Faye. Les dames sont en petite minorité, à cause, peut-être de la qualification de "sportive" pour cette rando. Mais nous en reparlerons. Nous aurons à parcourir 15,5 km avec 720 m de dénivelée.

Notre objectif est bien visible : une sorte de grande barrière rocheuse à 1550 m d'altitude. Le chemin commence en sous bois et dessine de nombreux lacets. Nous allons rater le 7 ème malgré 2 GPS et trois accompagnateurs... Cependant il y a une excuse à cette erreur. Une nouvelle piste a été tracée dans le prolongement du 6ème lacet, large et confortable et  comme d'habitude, les langues allant bon train, personne n'a vu le sentier plus modeste sur notre droite. Un positionnement GPS nous conduit à deux options : abandonner la montée en lacets et rejoindre la grande piste moins tourmentée, ou revenir en arrière. Bruno décide donc de continuer.

Le paysage est bien dégagé et on voit parfaitement du lac de St Cassien aux  îles de Lerins; mais aujourd'hui, nous n'aurons aucune chance de voir la Corse car la très forte chaleur rend les lointains brumeux. Première pose de la journée, il a fait très chaud dans cette première partie du parcours et il faut penser à se réhydrater.

 

Jean nous fait remarquer que nous sommes arrêtés sous une petite falaise qui lâche des pierres, de temps en temps. Tant pis, c'est le seul endroit à l'ombre... Petite séance de repérage et il faut sortir la grande carte pour montrer à Jean-Marie que St Vallier se trouvait bien là, presque à ses pieds !

Nous poursuivons la montée jusqu'à une zone de plat où nous découvrons, en vue plongeante, notre sentier en lacets, lâchement abandonné ce matin. Premières fleurs, bouillon blanc, bourrache, asphodèles très fines, anthyllis des montagnes et autres non encore identifiées. Nous retrouvons notre itinéraire qui rejoignait la forêt,  en bordure de la falaise de la montagne de Thiey. La fraîcheur du sous-bois est appréciée.

Nous allons laisser trois de nos compagnes et quelques sacs en bas de la montée finale.

 

 

Il reste environ 150 m de dénivelée que nous allons parcourir, dans un premier temps dans un sous-bois bien agréable puis, ensuite, en plein soleil, sur un petit sentier bordé de milliers de petites fleurs roses, violettes, blanches et bleues : quelle densité !

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l'ultime montée, nous rencontrons les premières pivoines qui constituent ici une particularité botanique étonnante. Et voici le plateau bordé par la falaise à pic. L'herbe est rase mais parsemée de fleurs blanches(Marguerites et Hélianthèmes des Apennins) et dans un creux, deux magnifiques pivoines tranchent sur cette végétation en réduction.

A l'extrémité nord-ouest du plateau se dresse un petit cairn original.

 

De là, Jean va nous montrer le chemin que nous avons parcouru le 16 novembre 2006 sur la véritable route de Napoléon avec la petite chapelle St Martin et les restes de l'oppidum où nous avions pique-niqué. Il faut vraiment avoir une parfaite connaissance de ces montagnes pour s'y retrouver. Par contre, la brume nous empêche d'apercevoir les sommets plus éloignés. Contrairement à ce que nous pensions, il ne fait pas trop chaud sur ce plateau car un petit vent d'est réduit les ardeurs du soleil. Direction sud-est le plateau de Caussole, un peu plus bas que nous, rappelle aussi de bons souvenirs. Bien sûr, on voit très bien le Mt. Lachens, objet d'une future rando, mais désolé pour Jean, pas de Mt. Mounier .

Nous redescendons rejoindre nos compagnes et installons notre pique-nique dans une clairière, mi-ombre, mi-soleil, au choix.

C'est aujourd'hui l'anniversaire de Jean-Marie qui aura droit à une grande tournée de bises. Un petit coup de vin de citron arrosera cet évènement. Nos joueurs de carte sont fort bien installés pour un tarot, pendant que les autres profitent du confort de notre installation pour un petit somme. Bruno, quant à lui, "révise" le chemin du retour. Ici, c'est Christian qui dort, il faut le savoir !

 

Et nous repartons en sous-bois.

Petit topo de Bruno sur notre environnement et bref rappel de Camille pour l'opération "Touche pas à ma mer" le 8 juin à Fréjus-Plage. Il profite du blog pour envoyer un petit coucou à JEANINE et JEAN-PIERRE à Pompey-Darnieulle, en espèrant les revoir rapidement dans nos randos.

 

 

Petite incertitude à cette bifurcation (décidément, c'est le jour...) mais Camille et Jean-Marie vont convaincre les "chefs" de se diriger vers Canaux, ce qui, effectivement, peut paraître paradoxal, mais c'est  le bon chemin.

Et ce sera une longue descente sur ce versant orienté est. Sur le chemin, un chêne plus que centenaire a du en voir passer des groupes de randonneurs. Bien qu'un peu abîmé par les années et les intempéries, il est encore majestueux.  Il fait toujours chaud et quelques cumulus commencent à monter vers le nord. Jolie chute de Jean-Marie, sans une égratignure,  (c'était vraiment sa fête aujourd'hui...) mais aucun photographe n'était là pour immortaliser ce moment !!!

Un grand virage à droite, va nous ramener à nos voitures. Nous retrouvons la fraîcheur sous le  couvert des  hêtres et cheminons au milieu des genêts en fleurs. Mais une guêpe est venue se coincer au bord de la chaussure de Denise et bien sûr, a piqué. La pompe à venin est rapidement sortie du sac de Bruno et ceci nous vaudra une belle photo des très originales chaussettes attrape-guêpe (pas étonnant !) de notre amie.

Voilà, nous avons bouclé notre parcours, pas si sportif que cela, même s'il est indiqué comme tel dans le descriptif du Conseil Général des Alpes Maritimes. SVP, messieurs nos guides accompagnateurs, essayez d'être plus précis dans vos définitions de difficulté, c'est parfois dommage de décourager des marcheurs hésitants.

 

Merci Bruno de nous avoir promenés au milieu de tous ces sentiers bien fleuris. C'était très beau.

 

Prochaine sortie le jeudi 31 mai, avec Jean BOREL, de  St.Sauveur-sur-Tinée à Roure, avec un restaurant et une possibilité de réduction de dénivelée.

 

 Merci aux photographes, Bruno GUERIN, Gérard CHARPY, Yvette et Jean-Marie CHABANNE.

 

 

Quelques images en vrac:                                            Les euphorbes hérissons

 

 

 

 

 

La grande forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

Les poteaux indicateurs du Conseil Général servent aussi à sécher les maillots !

 

 

 

Echantillon "d'allongés"

Les joueurs de carte

                                                  Le vieux chêne de la descente vers Canaux

 

 

 

 

1er signe du retour à la civilisation : un puits

 

Dans les genêts

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Jean-Marie - dans randosboulouris
commenter cet article

commentaires