Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 11:45

Le Mont LACHENS 

 

Ou, Le Jour de gloire DE BALOU.

 

Bruno GUERIN nous a ramenés dans le  Var pour découvrir le Mont LACHENS, plus haut sommet du  département. Au départ de St Raphaël le temps était bouché, mais à partir de Bargemon, nous avons retrouvé le soleil. 19 marcheuses et marcheurs se retrouvent donc à la Roche Esclapon où va nous accueillir joyeusement, un joli chien  noir et blanc, très typé chien de berger du genre border collie. Il va particulièrement faire la fête  à Françoise... . Mais nous en reparlerons... Petit briefing de Bruno qui a sorti profils et cartes . Il nous explique que son projet initial était de monter par la face Ouest, très raide et de redescendre par la face Sud, plus facile. Mais le souvenir de la "souffrance" de certains, l'année passée, en montant au château de La Bastide, l'a conduit à nous proposer l'inverse, ce qui permettra en outre, à ceux qui souhaiteraient  éviter le sommet de  revenir vers le village par le confortable GR 49. Pendant ce temps, le chien, dont nous ignorons le nom à ce moment, surveille les préparatifs. Le groupe accepte ce projet et à 8 h 45, nous quittons la Roche Esclapon.

Le chemin est agréable, la pente douceLe chien nous a  accompagné, ou plutôt précédé car il gambade devant nous dans un incessant va et vient. Aurions-nous aujourd'hui un nouveau guide...?

Aujourd'hui, les deux fleurs principales, outre les petites plantes traditionnelles de montagne, seront l'églantine et le genêt que nous trouverons en quantité  sur ce versant.

 Première pose de la matinée. Le chien va de l'un à l'autre, tout excité . Nous allons découvrir sur son collier qu'il s'appelle BALOU.    

Nous commençons à apercevoir la falaise et les premiers parachutes qui se lancent du sommet, puis nous arrivons à proximité de l'aire d'atterrissage.

Petite chute de Daniela, à l'arrêt, déséquilibrée par un rocher. Douleur au petit doigt. Vilaine rencontre avec trois nids de chenilles impressionnants, accrochés sur des petits arbustes le long du chemin et débordants de ces sales bêtes.

 La végétation se fait de plus en plus rare et comme prévu, à la cote 1505, deux de nos compagnes vont nous quitter pour revenir par une boucle sur le GR 49. Pour elles, pas de risques de se tromper, nous avons installé un petit balisage au seul endroit délicat.

 

 

 

 

Maintenant nous sommes juste sous le départ des parapentes et le ballet qu'ils effectuent au-dessus de nous est fort harmonieux. Ils semblent faire moins d'efforts que nous qui peinons sur le chemin de plus en plus raide. Il fait encore beau mais le sud est complètement bouché, "fortes entrées maritimes" dirait Jean BOREL, s'il était là. Lorsque nous atteignons la plate-forme de départ le vent est assez violent et les parapentistes ont beaucoup de mal à décoller. Françoise part en tête pour atteindre le sommet, suivie... de BALOU. Quatre autres marcheurs la suivent en coupant les virages de la route bitumée qui conduit à la zone interdite , ancienne zone militaire, où se dressent les antennes. A la cote 1710, on ne peut franchir les quatre derniers mètres restants à cause de la clôture. Le vent est maintenant très fort et le côté sud   complètement bouché . Le groupe des cinq, parti en éclaireur, rejoint le reste de la troupe qui a préféré la route et c'est la photo traditionnelle à la cote 1708. Nous sommes à la limite du Var, des Alpes de Haute-Provence et des Alpes Maritimes. L'herbe est piquetée de petites "Dames de 11 heures" (Ornithogalum umbellatum).

.

Pas de vue sur le  littoral de Toulon à Nice, ni encore moins de Corse, les nuages côté sud sont de plus en plus épais et de plus en plus bas, tant pis, nous y reviendrons...un jour de mistral ! Côté terre la visibilité est encore très bonne sur le Parc Régional du Verdon.

Nous rejoignons un joli vallon bien protégé pour notre pique-nique :  rochers et verte pelouse limitée par de superbes pins permettent une installation très confortable. BALOU est là bien sûr et en chien bien élevé, il ne réclame pas de nourriture mais s'intéresse toujours de très près à Françoise. Ayant raté la photo, Jean-Marie rappelle BALOU qui revient s'installer près de Françoise mais là, il va devenir très entreprenant et comme elle est en train de boire son café, vous imaginez la suite. En fait, il est très amoureux de notre "gazelle" et lorsqu'elle voudra s'isoler, il faudra que nous le rappelions vigoureusement pour qu'elle parte en paix. Heureusement, il est bien dressé et a beaucoup de "rappel". Il faudra à nouveau forcer la voix lorsque nous le retrouverons jouant avec la visière de sa préférée. Sympa BALOU !!!

Nous repartons pour rejoindre la table d'orientation à 1688 m, pour une fois, en très bon état, mais elle ne nous sert à rien, le paysage est complètement bouché et il ne fait pas chaud.

Jusque là, le chemin a été bien balisé mais ce n'est plus le cas (Ah ! le Var?). Quelques marques bleues seulement, peintes sur les rochers, à peine visibles. Heureusement les GPS veillent. Nous sommes sur une "arête sommitale", avec,  à notre gauche une impressionnante falaise. Aucun arbre,  des cailloux et de l'herbe parfois haute et glissante, la forêt est plus à droite. Après la traversée d'un petit bois nous coupons la route qui monte vers le sommet et nous abordons la grande descente  au milieu des buis. Dans un premier temps, le chemin est pentu mais l'absence de cailloux permet une descente agréable. A notre droite, nous apercevons les ruines du château de La Bastide et à partir de ce moment-là, le chemin devient très rude : forte pente , cailloux et marches hautes. C'est Nicole qui va en faire les frais avec une chute spectaculaire, sur le côté. C'est son bras droit et son épaule qui ont porté . Elle est  à peine égratignée mais c'est douloureux. L'arnica va sortir de la trousse à pharmacie et aura eu, semble t'il, de l'effet car le lendemain il n' y avait pas de traces d'hématome. Mais la pauvre a été bien sonnée.

Nous achevons la descente sans problème jusqu'à l'entrée de La Bastide.

Le soleil est revenu et il ne nous reste plus que 1,5 km pour rejoindre les voitures et les deux petites isolées qui avaient effectué une descente très rapide avec un arrêt repas de 15 minutes contre une bonne heure pour le groupe principal. Rapide visite de l'église, petite et simple, mais bien restaurée. Le bar où nous voulions aller boire notre pot habituel n'ouvrait qu' à 17 h. Ce n'est pas la première fois que nous sommes confrontés à cette situation. C'est un peu dommage pour le commerce local... et pour nous ! Enfin nous avons pu admirer la gigantesque fresque qui décore sa façade et  illustre bien les deux particularités du village, le pastoralisme ovin et le vol libre.

BALOU nous a quitté pour aller retrouver ses congénères, après avoir bien failli se faire écraser à l'entrée du village. Ce fut un bon guide lui aussi---

C'est donc à Bargemon que nous nous   désaltérons  et remercions  Bruno de cette belle rando qui, avec ses 915 m de dénivelée (pas mal ! un record pour certains) pour 16 km, environ, nous a conduit au sommet du département. Merci aussi d'avoir choisi la montée par le côté le plus facile.

  Au nom du groupe de marcheurs, nous offrons à Nicole une boite de chocolats (bien conservés dans une glaciaire toute la journée) pour la  remercier, ainsi que Gérard, pour l'apéritf offert à Roure, à l'occasion de son anniversaire.

 

NDLR : nous l'avons gravi mais nous ne savons toujours pas comment se prononce LACHENS : Lacan, Lachan, Lachene,... ? Qui nous donneras la bonne réponse ?

 

Merci aux photographes : Jean BELLACHES, Gérard CHARPY, Bruno GUERIN, Yvette et Jean-Marie CHABANNE.

 

 Prochaines sorties les 20 et 21 Juin à St Martin-Vesubie avec Jean BOREL (Les lacs de Prasles) et  Bruno GUERIN (Lac et Col de Fenestre ). Les profils sont dans l'album éponyme.

 

Quelques photos en vrac : Le bel oiseau !

 L'abreuvoir des moutons

 

 

 

 

 

 

 

 

Les pique-niqueurs "d'en haut"

 Campanules et pois de senteurs

 

 

 

 

 

 

 

Vainqueurs du Mont LACHENS

                                                                                                                                                                                                                                    

 

 

 

 

La Roche Esclapon  

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Jean-Marie - dans randosboulouris
commenter cet article

commentaires

CORDIER Bernard 21/06/2007 07:40

je visite votre site sur conseil de  notre amie Gneviève .
je marche aussi qq fois sur le chemin de compostel que j'aide à son balisage et à l'entretien.
Bravo pour vos belles randos ,les très beaux résumés et les magnifiques photos de la région que vous avez la chance d'habiter !
je vois que vous allez bientôt vers vésubie ,où je passe lorsque je participe au rallye monté carlo historique.......
bonnes promenades et des photos ,des résumés ,on en redemande
salutations à tous et attention aux chuttes ..
BERNARD